Table ronde - Grammaire de l'institution

Retour sur le cycle de conférences conjointes de la chaire MCD et de la chaire Unesco de philosophie politique et juridique

Y a-t-il une crise aujourd'hui des institutions ou assistons-nous simplement à leur mutation ? Une société a-t-elle besoin d'institution (une structuration de l'activité humaine organisée autour d'un principe transcendant) ou, peut-elle s'autoproduire à partir de sa propre praxis ? La modernité a voulu fonder ses institutions dans l'immanence (la démocratie par exemple), aujourd'hui certains pensent que la modernité s'est réalisée (postmodernité) et qu'une immanence sans transcendance est à  l'¦uvre. L'individualisation contemporaine est-elle compatible avec l'institution ou, paradoxalement, serait-elle le principe qui en fonde l'existence?


Ce questionnement sur la grammaire de l'institution moderne sera effectué à la lumière principalement des débats qui ont traversé le Québec au cours des dernières années : la Charte des valeurs, le Printemps érable, le mariage des personnes du même sexe, la mort assistée, la judiciarisation du politique, les transformations de la famille, etc.  


INTERVENANTS

  • Marc Chevrier, science politique, UQAM
  • Yves Couture, science politique, UQAM
  • Francis Dupuis-Déri, science politique, UQAM
  • Martin Meunier, sociologie et anthropologie, Université d'Ottawa
  • Daniel Mockle, vice-doyen à la recherche, faculté de science politique et de droit, UQAM
  • Chiara Piazzesi, sociologie, UQAM


Jeudi 10 avril à 17h30.
Local A-M204, Niveau M, bibliothèque centrale UQAM
Entrée Libre


>> Affichette